Fuite de données : une catastrophe pour n’importe quelle entreprise

Fuite de données

Les sociétés françaises sont de plus en plus nombreuses à disposer d’un système informatique. L’informatisation et la digitalisation des activités sont effectivement incontournables pour gagner en compétitivité. Seulement, cela peut également entrainer la chute de l’entreprise. Une fuite de données pourrait ternir l’image de l’établissement. D’où l’intérêt de sécuriser les workflows en se conformant au RGPD.

Fuite de données : les facteurs de risque

De nombreuses sociétés font preuve de négligence en matière de gouvernance de données. Seulement, une entreprise sur deux réalise des sauvegardes et les responsables stockent ces fichiers sur le réseau intranet de l’établissement. Ainsi, les pertes accidentelles de données sont très courantes. Elles sont causées par de simples fausses manipulations. Toutefois, les actes malveillants méritent également d’être cités. Au cours de ces dernières années, les pirates informatiques sont de plus en plus actifs. Contrairement aux idées reçues, ces personnes ne sont pas forcément à la recherche de documents confidentiels, elles veulent s’exercer en s’attaquant à une PME. Les hackers exploitent souvent les failles du système d’information employé. Une mise à jour régulière est nécessaire pour assurer l’intégrité des données personnelles.

Pour écarter tous les risques de fuites de données, il est crucial de se conformer au Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). D’ailleurs, il s’agit d’une obligation légale depuis le 25 mai 2018. Ce règlement européen oblige les sociétés à mettre en place un registre de traitement. Celui-ci permettra de réaliser régulièrement des audits et d’identifier rapidement les opérations suspectes. Le RGPD PME place également les établissements concernés sous la juridiction d’une autorité de contrôle. En France, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) joue ce rôle.

Se conformer au RGPD : quels intérêts pour les PME ?

Les fuites de données ne sont pas uniquement catastrophiques pour les grandes entreprises. Les PME sont les plus vulnérables face à ces situations. Les petites structures peuvent rapidement perdre leurs clients et devront réorganiser tous les services. Se conformer au RGPD permet de réduire considérablement les risques de pertes de données. Une fois que le registre a été créé, les administrateurs pourront identifier les failles du système et réagir rapidement.

En procédant à une mise en conformité, l’établissement n’aura plus rien à craindre des éventuelles inspections de la CNIL. La CNIL mandate des agents dans le cadre d’un contrôle de routine ou après avoir reçu une plainte. Les inspecteurs s’assurent qu’aucune négligence n’a été commise avant de dégager la responsabilité de la structure concernée. Si des manquements manifestes sont constatés, la société devra payer de lourdes amendes.

Pour mener à bien toutes les opérations nécessaires, il est conseillé de solliciter une entreprise spécialisée. Un Data Protection Officer devra intervenir pour diriger ce projet. Ce spécialiste indiquera toutes les étapes à suivre. De plus, il livrera de précieux conseils aux responsables.