Travail et plaisir : un mariage impossible ?

travail et plaisir

Au jour d’aujourd’hui, pour la quasi-totalité d’entre nous, la première satisfaction du travail, c’est d’en posséder un. Le sentiment, c’est que nous travaillons pour vivre, mais il est de plus en plus difficile d’associer le travail comme un véritable moyen de se socialiser et de s’intégrer dans la société.

 

Travail et plaisir, apparaissent comme deux valeurs que tout oppose, et de la à s’éclater au boulot… il est quasi-indécence d’évoquer ce sentiment dans cette période de crise.

 

L’étude étymologique confirme ce sentiment car « Travail, du latin trepalium, évoque  l’instrument de torture ». Et selon une étude de l’institut IFOP, pour 68% des salariés français, travailler c’est d’abord un moyen de gagner sa vie, seulement 15 % des salariés français estimeraient que le travail est un moyen de se réaliser, et 9 % qu’il apporterait « un peu de plaisir ». On notera dans le même temps, que 39 % se sentent obligés d’aller travailler.

 

Dans le cadre de la « performance globale », il est intéressant d’aborder la recherche de plaisir au travail. Cette recherche apparait comme une composante de la lutte contre les effets néfastes du stress. Je suis convaincu que nous pouvons associer ces deux notions car ce que l’on fait avec plaisir, on le fait bien.

Mobilisation et reconnaissance sont des sources de plaisir et contribuent à diminuer le stress au travail

esprit groupe

Les grandes sources de stress au travail, sont de faire quelque chose qui n’a pas de sens, et de ne pas être reconnu. Nous avons tous besoin que les choses, les personnes, notre travail dans sa globalité, aient une certaine cohérence.

 

Nous avons besoin de trouver une utilité à notre activité et pour moi donner un sens, ce n’est pas uniquement savoir pourquoi nous travaillons mais c’est également, connaître des objectifs précis, atteignables qui nous permettront d’œuvrer ensemble vers un but commun.

 

Le seul problème c’est que nos méthodes de management sont obsolètes face aux évolutions de notre société. Nous ne faisons pas assez savoir à nos collaborateurs qu’ils servent à quelque chose, nous ne prenons pas le temps d’écouter, de leurs expliquer clairement ce qu’on attend d’eux, ou même d’injecter de la convivialité dans nos relations … Du sens, de la reconnaissance dans le travail, sont sans aucun doute, des sources importantes de plaisir pour un employé.

 

Nous le voyons bien, les quelques employeurs qui misent sur une gestion humaine des ressources : émettant des attentions envers l’autre, respectant le travail de chaque salarié, faisant confiance à leurs compétences, injectant tout simplement de l’Humain dans les relations… aident leurs collaborateurs à ne plus se sentir comme un simple numéro de matricule obéissant tel un automate…

 

C’est une réelle satisfaction de savoir que nous sommes utiles et que nous pouvons avoir de l’influence par notre travail quelque soit notre poste et notre niveau.

 

C’est une habitude quotidienne que tous, dirigeants comme employés, doivent saisir, en misant sur ces valeurs qui ont été trop souvent écartées ces dernières décennies.

 

Un bon environnement de travail favorise l’épanouissement professionnel…


Le plus curieux, c’est que les entreprises ne semblent pas se passionner outre mesure à l’exploitation  de ce critère. Beaucoup d’entreprises semblent passer à coté de cette réflexion, et  nombre de dirigeants n’ont pas encore pris conscience de l’intérêt que peut susciter la notion de plaisir éprouvée par leur salariés.

 

Pourtant un salarié reconnu, considéré, épanoui et donc heureux est un salarié efficace dans sont travail.

 

Si nos organisations disposent d’outils performants en termes d’ergonomie, d’amélioration des conditions de travail, (sur la notion de pénibilité et d’assistance technique), l’environnement de travail évolue trop dans l’autre sens. Il est souvent dégradé par une absence de valeur humaine.

 

L’Humain encore une fois apparait comme une solution à bien de nos problèmes dans notre société moderne.

 

Nous devons prendre de nouvelles voies. C’est vrai que ce n’est pas essentiel d’avoir un discours plus humain pour que le travail soit fait. Mais un employé sera plus loyal envers un dirigeant qu’il apprécie et en qui il a confiance. Même si le travail, est particulièrement exigeant, nous devons contribuer à faire que le climat soit agréable et que plaisir au travail soit possible.

 

Cette approche est un outil de plus, et va apparaitre comme indissociables de la « performance globale », au même titre que la Santé, la lutte contre le Stress… Bien sûr, tous les dirigeants ne sont pas des spécialistes des relations humaines. Mais ceux qui développent ces méthodes de management obtiennent des résultats probants. La qualité des relations est un des facteurs importants dans l’élaboration d’un environnement de travail performant.

 

L’épanouissement d’un salarié, influence considérablement son efficacité.

 

Allier Travail et plaisir est possible ! Certes cela demande des changements profonds mais ces changements valent le coup d’être amorcés…